L'essor du e-commerce

    Au cours des 10 dernières années, le e-commerce a connu une évolution fulgurante. Avec l'apparition d'Internet dans les foyers, le nombre de cyberacheteurs a augmenté à une vitesse folle.

L'utilisation du e-commerce s'est très vite démocratisé et concerne donc aujourd'hui toutes les populations, sans distinction d'âge, de localité ou de sexe.

Evolution du nombre d\'utilisateurs/acheteurs

(Source FEVAD : Fédération du E-commerce et de la Vente A Distance)

 

 

 

  En quoi le e-commerce modifie-t-il la donne ? Détaillons les " 4 P " (Produit, Prix, Publicité, Placement), qui différencient le e-commerce du commerce physique pour en estimer l'ampleur.

 

   Le Produit : Là ou le web fait la différence par rapport au commerce traditionnel, c’est dans le degré d’information du produit.
Grâce à Internet, l’acheteur peut trouver des informations très détaillées que le vendeur en magasin n’aurait peut être pas pu fournir au client. De plus, 64% des internautes ont répondu à la question : «  Quels services cherchez-vous sur internet ? «  en précisant qu’ils cherchaient les avis des internautes* sur un produit quelconque, chose qui est infaisable dans la réalité. En effet, on se voit mal questionner les clients dans un magasin ….

   Le Prix : L’e-consommateur n’a besoin que de quelques instants pour comparer le prix d’un article auprès de différents e-commerçants, alors que dans la vie «  physique « , il faut se déplacer dans les différentes enseignes proposant le produit et celà a un coût. Cette facilitée est accrue par l’existence de sites comparateurs de prix tels kelkoo.com par exemple.

   Le Placement (ou Distribution) : Une enseigne traditionnelle est limitée à la vente dans son magasin alors qu’une enseigne physique n’a que pour limites sa capacité à expédier les colis. De plus, la concurrence est largement plus forte sur Internet, car le cyber-acheteur* peut très bien comparer en quelques clics une boutique française à une américaine, alors qu’une enseigne physique américaine ne peut concurrencer une enseigne physique française.

   La Publicité : Les enseignes Web ont une plus grande marge de manœuvre que les enseignes physiques en ce qui concerne la publicité.
Le 1er exemple de cette flexibilité concerne les campagnes de publicité en ligne. Les webmasters* peuvent créer plusieurs bannières publicitaires et vérifier, grâce au split testing*  la quelle est la plus « cliquée «  et donc la plus rentable, ce qui n’est pas faisable en magasin.
La publicité par Adwords est aussi très plébiscitée par les e-commerçants : elle permet, pour quelques centimes par clic, de faire apparaître l’annonce du vendeur sur le plus célèbre des moteurs de recherche,Google. Les enseignes peuvent aussi envoyer des e-mails gratuitement avec la newsletter* de leur site à leurs clients, alors que l’envoi postal de la publicité a aussi un coût.

Aujourd'hui, les grands pure-players* vont jusqu'à utiliser la publicité diffusée à la télévision pour accroitre leur notoriété. Voici l'exemple d'une campagne de publicité du géant Ebay en 2009, qui est passée sur nos TV durant la période de Noël : 

 

 

     Le e-commerce a su exploiter cette "règle des 4 P", et a ainsi connu un essor exceptionnel en très peu de temps.

En effet, depuis 2005, les dépenses de français sur la toile* ont très fortement augmentées.

En 5 ans, les dépenses en ligne des français aux 1ers trimestres de chaque année ont été multipliées par plus de 4. On est ainsi passé de 1,7 milliards d'euro en 2005 , à 7,2 milliards d'euro en 2010.

 Dépenses des français (2005-2010)

(Source ICE/FEVAD, Mai 2010)

 

 

hebergeur d'image hebergeur d'image

Selon les deux graphiques réalisés par la FEVAD, le nombre de sites Internet marchands était de 14500 en 2005, et à presque 65000 en 2009....


Beaucoup de personnes ont compris que le e-commerce représentait l'avenir. On a alors connu une forte majoration des sites de e-commerce, comme le montre les deux graphiques.

 Son essor au  cours de ces dernières années n'est pas prêt de s'arrêter puisque selon la FEVAD, les ventes en lignes vont connaitre une augmentation fulgurante dans les prochaines années.

À l’horizon 2016, le commerce électronique pourrait ainsi représenter jusqu’à 30 % du commerce total. En effet, la part du canal Internet dans les ventes totales pourrait passer de 3 à 30 % en dix ans (2006 - 2016). Une telle croissance a de quoi inquiéter les canaux de distribution traditionnels, et va amener à une redistribution des rôles de chaque type de commerce ...

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site